Equipe Pollutions Diffuses

Unité RiverLy – INRAE Centre Lyon-Grenoble

Liste des actualités

Toutes les actualités
20240115_123431.jpg
Article

08 février 2024

Rédaction: Claire Lauvernet

Instrumentation innovante autour d'une haie pour comprendre son influence sur les écoulements

Mise en place de suivis long terme de résistivité électrique dans le sol sur une haie
couverture causerie
Le jeu sérieux CAUSERIE est désormais disponible en téléchargement.
L’équipe Polldiff en collaboration avec d’autres équipes d’INRAE a développé des travaux pour mieux détecter les concentrations moyennes de pesticides dans les cours d’eau et évaluer les impacts qu’ils peuvent avoir sur le milieu aquatique.
Ni les difficultés d’organisation liées à la pandémie, ni le port du masque de rigueur n’ont eu raison de la convivialité des deux ateliers d’échange organisés par Inrae Riverly, l’UMR G-EAU et le Lisode la semaine passée, le premier à Grézieu le Marché dans les monts du Lyonnais et le second à Saint Jean d’Ardières dans le Beaujolais.

Equipe Pollutions Diffuses

L’équipe Pollutions Agricoles Diffuses, en lien avec le laboratoire de chimie des milieux aquatiques, travaille sur la connaissance, l’évaluation et la réduction de la contamination des eaux de surface par les produits phytosanitaires. Elle œuvre notamment à améliorer les méthodes de suivi de la qualité de l’eau vis-à-vis des phytosanitaires et de sa gestion au sein des petits bassins versants ainsi que d’autres polluants d’origine agricole et de sources diffuses. Les recherches de l’équipe et son expertise viennent ainsi en appui à la puissance publique (Agence Française de la Biodiversité, Ministères en charge de l’Agriculture et de l’Environnement), soit sous forme de productions (rapports, guides, logiciels), soit sous forme d’expertise (participation à des groupes de travail régionaux ou nationaux).

Afin d’agir sur le transfert hydrique et l’atténuation (dilution, piégeage, dégradation) des polluants au sein des bassins versants, Nous portons une attention particulière aux espaces inter-parcellaires, dont des éléments clés du paysage, qui peuvent jouer un rôle de « zone tampon », c’est-à-dire susceptibles de limiter les transferts de contaminants vers les milieux aquatiques. Sont considérés à la fois l’évolution des concentrations, des flux et le lien avec l’impact écologique au sein du cours d’eau, en collaboration avec les équipes d’écotoxicologie microbienne et d’écotoxicologie.

20110802_Panorama
Bassin versant de la Morcille : Site Atelier Ardière-Morcille de la ZABR (Beaujolais – 69)

Les différents objets d’étude, considérés dans leur organisation spatiale et leur dynamique temporelle, sont en particulier :

  • les bandes enherbées ou boisées et les fossés végétalisés, en tant qu’éléments d’atténuation possible de la contamination
  • les parcelles agricoles traitées ou non, en tant que sources de la contamination
  • le cours d’eau récepteur

 

 

 

 

 

 

Nos travaux abordent les différentes échelles :

  • locale (métrique), notamment au niveau de chaque élément clé du paysage, considéré individuellement en connexion avec son environnement,
  • intégrée au niveau du groupe de parcelles ou du versant (hectométrique)
  • intégrée au niveau du petit bassin versant (kilométrique).

Nos recherches reposent à la fois sur des expérimentations sur le terrain, des suivis en conditions naturelles et des modélisations, aux différentes échelles d’intérêt.

L’équipe a développé des compétences reconnues en ce qui concerne :

  • le suivi combiné des paramètres liés à l’eau et aux phytosanitaires dans le sol et les hydrosystèmes (de petite taille),
  • la complémentarité d’expérimentations sur le terrain ou au laboratoire,
  • la modélisation mécaniste locale  et intégrée à l’échelle du versant ou du petit bassin versant. Elle aborde notamment la prise en compte du rôle des écoulements latéraux de surface et de sub-surface sur le transfert d’eau et les conséquences en terme de transfert de pesticides vers les cours d’eau.

Bien que les approches et les outils développés visent une certaine généricité, nos travaux portent plus particulièrement sur les bassins sur socle peu profond, plus vulnérables aux transferts de contaminants vers les eaux de surface. Ils s’appuient notamment sur les connaissances acquises sur les sites expérimentaux de la Jaillière (Maine et Loire, Arvalis-Institut du Végétal), de la Fontaine du Theil (Arvalis et UIPP) et le Site Ardières-Morcille, site atelier de la Zone Atelier Bassin du Rhône (ZABR).